Quel matériel emporter pour broder en voyage ?

IMG_9071.jpgUn de mes passe-temps favoris, c’est la broderie ! Que j’adore pratiquer en voyage pour plusieurs raisons. Facile à transporter, peu de matériel à prévoir, et silencieux donc compatible avec les transports en commun ! En plus, ça me donne l’impression de ne pas perdre mon temps pendant les trajets. Lorsque je poste des stories « organisation » sur Instagram, plusieurs questions reviennent régulièrement, et j’ai donc décidé de regrouper l’ensemble de mes réponses dans cet article.

Quel matériel emporter ?

Lorsque je voyage je n’emmène bien évidemment pas toute ma collection de fils à broder avec moi ! Soit je sais à l’avance ce que je souhaite broder, et emmène uniquement les deux-trois écheveaux de fils dont j’ai besoin. Soit je n’ai aucune idée de ce que je vais broder et je me prépare des petits cartons avec un maximum de couleurs enroulées autour. J’emporte également deux-trois morceaux de tissus déjà découpés (avec le dessin réalisé si je sais déjà vers quoi je veux m’orienter), un stylo qui s’efface à la chaleur, un cercle à broder, une ou plusieurs aiguilles et une paire de ciseaux de brodeuse.

Check list de la brodeuse :

  • Un stylo qui s’efface à la chaleur
  • Un cercle à broder
  • Une aiguille à broder
  • Une petite paire de ciseaux (lame inférieur à 5 cm)
  • Une sélection de fils à broder
  • Quelques morceaux de tissus

Les aiguilles passent-elles le contrôle aérien ?

Oui sans exception, jamais eu de soucis.

Les ciseaux de brodeuse passent-ils le contrôle aérien ?

Je serai moins catégorique, même si on ne me les a jamais fait retirer. D’après mes sondages aux contrôles douaniers, ainsi que mes recherches sur le web, il semblerait que cela ne pose pas de problème tant que la lame ne dépasse pas 5 cm. Je vous conseille toutefois de ne pas prendre votre plus belle paire au cas où !

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les soumettre ici en commentaire, je serai ravie de vous répondre. Si vous cherchez des idées de broderie facile pour débuter, je vous conseille cet article avec deux broderies ultra-faciles, et si vous vous demandez quel matériel choisir, je vous conseille celui-ci avec tous mes conseils !

 

IMG_1034

Punch needle : Comparatif entre l’aiguille DMC et l’Oxford

img_7724.jpgEn tout début de mois, j’ai eu la chance d’être invitée à une soirée à l’atelier des coupons de saint pierre pour découvrir la dernière punch needle de DMC. Le punch needle, si vous êtes passé à côté de cette nouveauté, c’est une des grandes tendances DIY du moment. J’avais d’ailleurs écrit un article au printemps dernier avec tous mes conseils pour débuter en punch needle.

Le fournisseur historique de punch needle est américain : Amy oxford et ses aiguilles du même nom. L’inconvénient de cette aiguille, c’est qu’elle est fabriquée en très petite quantité aux Etats-Unis, et c’est vite difficile de se la procurer (des sites en proposent à la vente en France, mais elle sont très régulièrement en rupture de stock, vous pouvez tenter votre chance ici par exemple!). Les autres alternatives disponibles jusqu’à présent étaient des aiguilles magiques en plastique, peu élégantes (et peu instagramables 😉 ) qui ne me tentaient guère. Heureusement, DMC est venu nous sauver la mise en lançant sa punch needle maison, avec un manche en bois très ergonomique et une aiguille en acier.

IMG_7710

La taille proposée par DMC est une aiguille n°10, elle est idéale pour travailler avec leur fil Natura XL dont j’adore le rendu pour un ouvrage de punch needle. Comparée à l’aiguille Ofxord en taille 14 déjà en ma possession, l’aiguille est plus large, donc plus adaptée pour des laines plus épaisses que celles que j’utilisais jusqu’à présent. Par conséquent, il faut également utiliser une toile avec trame plus lâche, adaptée à la punch needle. La plus facile à se procurer est la toile Aïda de chez DMC. Sinon vous pouvez également utiliser de la month cloth. J’ai essayé avec du lange comme avec mon aiguille oxford, c’est possible, mais beaucoup moins agréable…

Concernant l’enfilage, c’est légèrement plus sportif que pour la oxford punch needle : il faut utiliser l’enfile aiguille en bois fourni avec l’aiguille. Cela n’a rien de compliqué, mais le chas est relativement petit en comparaison à certaines laines. Une fois le coup de main pris cela va très vite.

A l’utilisation, c’est exactement comme la punch needle de chez Amy oxford, il faut avancer avec la pointe de la punch needle ouverte en direction de là ou l’on souhaite puncher et faire attention à ce que la pelote de laine soit bien libre pour que les boucles ne sautent pas ! Comme avec l’aiguille oxford, vous pouvez réaliser vos points sur l’envers (pour obtenir des boucles) ou sur l’endroit (pour obtenir de petits points « grain de riz »). Pour voir la punch needle en vidéo, j’ai réalisé des stories à la une sur mon compte Instagram.

IMG_7714

Pour conclure, l’aiguille DMC est moins facile à enfiler, mais tout aussi ergonomique à l’usage que l’aiguille OXFORD. Elle coute 10 euros moins cher et est plus facilement disponible, donc parfait pour se lancer dans cette nouvelle technique!

Si vous souhaitez vous lancer dans l’apprentissage de la punch needle je vous conseille de lire le premier article que j’ai écrit à ce sujet avec tous mes conseils pour vous lancer. Je vous conseille également les ateliers punch needle de l’atelier des coupons pour celles qui ont la possibilité de se rendre sur Paris. Vous découvrirez là-bas la punch needle DMC, et apprendrez à l’apprivoiser en repartant avec votre création !

IMG_7708