Head band Frida Khalo

2018-05-29-happyasabee-valentine-insta-Jonas-Jacquel-13

Head band Frida – Photo par Jonas Jacquel

Et voici le dernier tutoriel dans le cadre du challenge des makers organisé par Oui Are Makers. Vous le savez déjà, je suis dans l’équipe « las chiquitas » composée de Céline et Mathilde. Notre but lors de ce challenge est de vous faire voyager en Amérique Latine, et encore aujourd’hui tout particulièrement le Mexique et la célèbre Frida Khalo.

Sur cette photo, je porte le head band façon Frida, mais on peut aussi le porter de façon plus classique, je vous laisse découvrir les photos à la fin de l’article !

Le head band est très facile et rapide à faire. Si vous êtes débutante en couture, c’est un projet idéal pour vous lancer, et si vous êtes expérimentée, c’est l’occasion idéale d’utiliser vos chutes !

 

IMG_8040

 

Pour ce head band, all you need is :

  • Du tissu (140 * 6 cm)
  • Une machine à coudre
  • Des ciseaux
  • Du fil et une aiguille
  • Une règle

 

 

 

Dans un premier temps, découpez deux longues bandes de tissu de 140 cm sur 6 cm. Imprimez le gabarit et placez-le aux extrémités du rectangle. Coupez l’extrémité en suivant le gabarit.

 

Positionnez les deux bandes endroit contre endroit. Assemblez-les à la machine en commençant la couture au milieu d’un des côté. Cousez tout du long à 5 mm du bord du tissu. Terminez votre couture à environ 5 cm de la ou vous l’avez commencé afin de laisser une ouverture sur le côté du head band.

 

Crantez les extrémités. Retournez ce long tube de tissu à l’aide d’un stylo, d’un pic ou comme moi d’un pinceau. Repassez le head band presque terminé sur toute la longueur.

IMG_8063

Plus que quelques points de couture à la main pour une finition parfaite, et TA-DAMM, admirez le résultat!

 

Un grand merci à Jonas Jacquel pour les photos, et si le head band vous plaît et que vous n’êtes pas couturière, je vous donne rendez-vous très rapidement sur Instagram, il paraît qu’un joli concours se trame…

Boucles d’oreilles Frida Khalo

2018-05-29-happyasabee-valentine-insta-Jonas-Jacquel-30

Photo par Jonas Jacquel

Cette année, vous n’êtes pas sans le savoir, je participe au challenge des makers organisé par Oui Are Makers dans l’équipe « las chiquitas » composé de Céline et Mathilde. Et pour continuer ce voyage en Amérique Latine, après le tutoriel sur les pots de cactus décorés, je vous emmène de nouveau au Mexique avec la célèbre Frida Khalo. Toutes les photos de l’article sont prise par le talentueux Jonas Jacquel (Pour celles qui me suivent sur Instagram, c’est lui qui est responsable de nos jolies photos de mariage !).

Mais revenons au tutoriel : pour des boucles d’oreilles Frida en raphia, all you need is:

2018-05-29-happyasabee-valentine-insta-Jonas-Jacquel-59.jpg

 

  • Du raphia couleur naturelle
  • Deux cercles en bois (trouvés chez cultura)
  • Des pampilles colorées
  • Des perles de rocailles colorées
  • Deux puces d’oreilles
  • Deux anneaux dorés pour le montage
  • Du fil de fer
  • De la colle
  • Une paire de ciseaux
  • Des pinces à dessin pour vous aider dans votre travail

 

 

 

Dans un premier temps, sélectionnez 6 brins de raphia et coupez-les tous les 10 cm. Vous pouvez comme moi les placer dans des pinces à dessin pour éviter de tout mélanger. Pour ce tutoriel vous aurez besoin de 10 paquets de 6 brins.

Prenez le premier paquet de raphia, passez-le dans l’anneau en bois, repliez-le en deux sur lui-même. Vous pouvez de nouveau vous aider de la pince pour maintenir les brins autours de l’anneau. Prenez ensuite un long brin de raphia : il va vous servir à maintenir chacun des petits paquets en place. Pliez-le en deux et faites un nœud tout proche de l’anneau de bois en entourant le paquet de 6 brins pour maintenir le premier « paquet » de raphia en place.

 

Renouvelez l’opération avec le paquet de raphia suivant, et ainsi de suite jusqu’à ce que vous ayez fixé 10 paquets de 6 brins sur l’anneau.

Arrive alors mon moment préféré : la taille du raphia. Réveillez la vocation de coiffeur qui sommeille en vous: taillez le raphia à environ 5 cm de l’anneau.

2018-05-29-happyasabee-valentine-insta-Jonas-Jacquel-922018-05-29-happyasabee-valentine-insta-Jonas-Jacquel-98

Prenez ensuite un morceau de 10 cm de fil de fer, puis fixez les pampilles et perles de rocailles sur l’anneau en bois. Je vous conseille de passer dans la pampille, faire un tour de l’anneau en bois, et repasser de nouveau dans la pampille pour une meilleure fixation. De même pour les perles de rocailles, je vous conseille de faire un tour de l’anneau en bois toutes les 5-6 perles.

2018-05-29-happyasabee-valentine-insta-Jonas-Jacquel-102

2018-05-29-happyasabee-valentine-insta-Jonas-Jacquel-119

Enfin, fixez avec de la colle la puce d’oreille à la plus grosse des pampilles, et une fois l’ensemble bien sec assemblez la pampille et l’anneau.

Et Ta-DAMMM,  vous pouvez vous pavaner avec vos jolies boucles faites maison.

2018-05-29-happyasabee-valentine-insta-Jonas-Jacquel-18.jpg

 

2018-05-29-happyasabee-valentine-insta-jonas-jacquel-139.jpg

Cactus party

IMG_5824

Un dimanche de perdition chez Botanic je suis tombée amoureuse de ces trois jolis cactus et les ai tout de suite imaginés chez moi. Et puis, comme ils faisaient grise mine dans leurs petit pots en plastique j’ai acheté trois pots en terre cuite à customiser.

L’occasion parfaite pour vous livrer mon premier tutoriel dans le cadre du challenge des makers 2018. Pour celles qui me suivent sur Instagram, la plateforme Oui Are Makers ne doit pas vous être inconnue, et vous devez également savoir que je participe à la session 2018 du « challenge des makers » sous l’équipe « Las chiquitas » avec Céline (les yeux grognons) et Mathilde (Les brindilles).

Je vous livre ici toutes les étapes pour customiser vous aussi très facilement des pots en terre cuite.

All you need is:

  • Des pots en terre cuite
  • Des feutres Posca noir et blanc
  • du vernis en bombe

Prenez un premier pot, votre feutre blanc Posca et laissez parler votre créativité à base de traits, zig zag et points. Aidez-vous des exemples en photos. Prenez ensuite le feutre noir et ajoutez-y quelques détails.

Attendez que la peinture soit bien sèche, et pour une finition plus jolie, passez un coup de vernis en bombe.

 

 

Attendez une heure que la couche de vernis soit bien sèche, ré-empoter vos cactus, et TA-DAAAAM :

Hey caramba, admirez le résultat !

 

 

 

IMG_5905

Comment débuter en punch needle ?

IMG_3857C’est la grande folie du moment, et j’avoue si j’ai succombé, c’est un peu grâce au phénomène de mode, et à la simplicité et rapidité apparente de la technique… Apparente….! Lors de mon premier essai de punch needle je me suis vite rendue compte qu’il fallait connaître quelques petites astuces avant de pouvoir apprécier véritablement la technique ! Je vous livre donc ici mes découvertes et conseils pour vous lancer sereinement.

Tout d’abord un point sur le matériel : Ce n’est pas forcément évident de trouver des punch needles en stock, et il existe tellement de modèles d’aiguilles magiques (oui c’est son petit nom français !) qu’il est dur de faire son choix!

J’ai d’abord commandé ce modèle de punch needle sur le site de perles & co. Son prix n’était pas excessif (8€), en stock et avec un manche en bois. Grosse déception à la première utilisation : ma laine beaucoup trop fine pour cette aiguille, les trous beaucoup trop gros et compliqués à faire, et le tissu beaucoup trop résistant !

J’ai donc choisi d’investir dans une valeur sûre, un peu plus chère  (28€ ), celle que l’on voit partout : une punch needle « OXFORD n°14 » trouvée sur le site couserie créative. Je voulais à la base investir dans la n°10, mais elle n’était plus en stock… Bon à savoir : les chiffres (n°8, n°10 et n°14), sont en lien avec la longueur de l’aiguille, et donc la taille de la boucle que vous obtiendrez sur l’envers de là où vous piquez !

  •  Taille 8 LONGUE : boucle d’environ 1.2cm, à utiliser avec de la laine d’environ 6mm de diamètre.
  • Taille 10 COURTE : boucle d’environ 6mm, à utiliser avec de la laine d’environ 6mm de diamètre.
  • Taille 14 MINI : boucle d’environ 3mm, à utiliser avec de la laine d’environ 3mm de diamètre.

Pour le tissu, la toile conseillée pour cette technique est la « Weaver Cloth » mais, comme les aiguilles Oxford, difficile à trouver en stock en France. J’ai essayé de travailler sur une cotonnade basique, et je ne vous le conseille pas, la trame est trop serrée et rend le punchage très difficile (oui, je viens d’inventer ce mot). Ce que j’ai finalement adopté dans ma pratique ce sont les « langes » trouvées chez Hema. Relativement peu chères, facilement disponibles, et avec une trame assez lâche pour permettre de puncher facilement.

Vous aurez également besoin d’un tambour à broder (classique) ou pour les oeuvres plus grandes un cadre en bois. Il est indispensable que le tissu soit correctement tendu pour travailler avec votre punch needle.

Enfin, il vous faudra également du thermocollant afin de fixer les boucles quand vous aurez terminé votre ouvrage.

Mes conseils une fois équipée :

IMG_4085

Une fois tout votre équipement rassemblé, vous allez pouvoir dessiner le motif désiré sur votre tissu. Vous pourrez avoir un rendu final avec des boucles (c’est l’envers de là où vous piquez) ou avec la laine tendue (l’endroit sur lequel vous punchez). Pour plus de détails sur comment débuter l’ouvrage, j’ai fait quelques stories à la une que vous retrouverez sur mon compte Instagram. Une fois le rendu final choisi (avec des boucles ou avec la laine tendue), vous pouvez commencer à piquer du bon côté (personnellement j’aime beaucoup le mélange des deux genres et j’aime bien alterner au sein d’un même ouvrage).

Pour un joli rendu voici quelques astuces :

  • essayer au maximum d’avoir un espace régulier entre les trous (surtout si c’est le côté « laine tendue » qui sera exposé)
  • Avoir un tissu bien tendu facilitera votre travail. N’hésitez pas à le retendre en cours de route.
  • Le brin de laine doit impérativement être lâche pour permettre à la boucle de se former. Si votre brin de laine est coincé, ou non libre, vous allez vite vous en rendre compte, les boucles ne se formeront plus correctement, et les points vont sauter.
  • Il est généralement conseillé de réaliser tous les contours de la forme avant de la remplir petit à petit (en faisant un escargot…). Je trouve ce conseil très juste pour les formes courbes, mais pour les formes plus géométriques je trouve ça plus joli et commode d’avancer ligne par ligne….

Une fois l’ouvrage finalisé, il faut recouvrir l’envers de thermocollant afin de fixer les brins de laines, et éviter que les boucles ne se défassent.

J’espère que ces conseils vous seront utiles. Ce sont des informations que j’ai glanées au fur et à mesure de mes lectures. Je vais vous proposer très rapidement un tutoriel utilisant cette technique dans le cadre du challenge des makers proposé par Oui Are Makers.

D’ailleurs si vous ne connaissez pas encore Oui Are Makers, je vous conseille vivement d’aller faire un tour sur leur site ! Il regorge de tutoriels en tous genres, et organise régulièrement des concours avec de chouettes lots à gagner !

IMG_4080

Pochette de costume pour Mr J.

Vous avez peut-être suivi mon après-midi « fanion » sur Instagram récemment : des amis m’ont sollicité pour les aider à confectionner des guirlandes de fanions pour leur mariage. Ils ont acheté un assortiment de 4 jolies cotonnades au marché Saint Pierre et tout prédécoupé avant de venir. Ils avaient optimisé leurs découpages, mais il restait quand même quelques (très petites) chutes. Trois guirlandes de 20 mètres de jolis fanions plus tard, Mr. J et moi avons eu l’idée de confectionner une pochette assortie pour l’accompagner à son mariage cet été.

IMG_5767

 

Pour cette pochette, all you need is :

 

  • Des chutes de tissus
  • Du thermocollant ou de la percale thermocollante
  • Un fer à repasser
  • Une machine à coudre
  • Des ciseaux
  • Le gabarit

 

Dans un premier temps, imprimez le gabarit ici  (ou alors tracez un rectangle de largeur 9,4 cm, hauteur 13,2 cm avec l’une des extrémités en pointe), et reportez-le sur le thermocollant ou la percale de coton thermocollante. Découpez la pièce.

 

Sélectionnez vos deux tissus préférés.  Positionnez la pièce thermocollante face rugueuse sur l’envers de l’un des tissus. Repassez 10 à 15 secondes la pièce sans vapeur pour la thermocoller.

Positionnez vos deux tissus endroit contre endroit (l’un des tissus possède la pièce de percale thermocollée, l’autre est ‘vierge’). Placez le tissu avec le thermocollant face à vous et suivez les contours de la pièce thermocollée pour la couture. Attention à bien suivre les contours et à coudre tout au bord du thermocollant. Laisser un espace d’environ 3 cm sans couture sur le côté de la pochette (entre les deux petits tirets sur le gabarit).

Découpez les tissus en laissant une marge de 0.5 cm tout autour de la couture. Crantez les angles. Retournez la pochette par l’espace non cousu. Repassez.

Reste la partie la plus laborieuse du tutoriel (mais promis c’est super rapide, et c’est la seule solution pour avoir une pochette avec de jolies finitions) : coudre à la main les trois centimètres laissés sans couture.

Et TA-DAMM admirez votre travail (et le futur marié!)

IMG_8393[1]

La pochette que je viens de coudre part rejoindre Mr J. sans tarder, mais le DIY est tellement rapide et simple que je vais m’empresser d’en faire une nouvelle pour Mr O.

Le sac coeur – coeur

IMG_5620Un DIY tellement simple et rapide qu’il ne nécessiterait même pas de pas à pas, mais pour vous poster toutes ces jolies photos je vous ai tout détaillé !

Des sacs en osier rond on en voit partout cette année, et j’avoue avoir un faible pour tout ce qui est en osier ou tressé (Chapeau de pailles et de paniers, même combat…). Et lors d’une de mes visites sur Ali express, je suis tombée sous le charme de ce sac en osier rond à prix très raisonnable. Pour le pimper j’ai eu envie d’y ajouter des cœurs. Pleins de cœurs !

img_5397.jpg

 

Alors si vous voulez customiser un de vos panier oublié (ou comme moi le petit dernier ) all you need is :

  • De la peinture textile rouge
  • Un pinceau
  • Un panier/sac en osier à customiser
  • Le gabarit
  • Un sèche cheveux

 

Commencer par imprimer le gabarit (ou dessiner vous même une série de petit cœurs à intervalles réguliers).

IMG_5401

Maintenez le pochoir en place à l’aide d’un morceau de scotch ou masking tape. et commencer à mettre en couleur chacun de petits cœurs. Renouvelez l’opération jusqu’à ce que votre sac/panier soit entièrement recouvert. Pour que la peinture soit bien uniforme sur l’ensemble du motif, je vous conseille de le mettre en couleur grossièrement, puis une fois le pochoir enlevé, repasser sur chacun des cœurs en s’assurant de bien peindre chacun des brins d’osier, même en profondeur, et sous tous les angles.

 

Une fois tous les motifs déssinés, un petit coup de sèche cheveux (ou encore mieux, un embosseur électrique) pour faire maintenir la peinture ( à la place du fer à repasser préconisé pour toutes les peintures textiles…).

IMG_5625

Et TA-DAMMM abordez fièrement le résultat à votre bras !

 

Mariage – Le cousu/brodé main

IMG_5182Dans mon précédent article je vous parlais de notre choix de réaliser nous mêmes nos faire-parts afin de pouvoir décliner nos motifs sur l’ensemble de nos supports.

Et ça commence avec le porte-alliances que j’ai brodé moi même (au bord de la piscine lors de mes vacances à Singapour… il y a pire comme conditions !). Les étapes à suivre : reproduire votre motif sur un tissu à l’aide d’un stylo s’effaçant à la chaleur, puis broder. Point de chainette, point de tige et point de nœud pour arriver au joli résultat souhaité. J’ai ajouté deux rubans, et laissé la broderie dans son cercle. J’ai longuement hésité à transformer la broderie en coussin mais je ne trouvais pas l’idée assez rock’n’roll!

photographe-reportage-dijon-bourgogne-mariage-wedding-valentine-jonas-jacquel-233.jpg

Concernant la couture, j’étais partie dans l’idée de me coudre moi-même LA robe de mariée (comme pompomlife). Pour être sûre du modèle dans lequel je voulais me lancer, je suis allée en essayer dans deux magasins dijonnais, et je suis complétement tombée sous le charme de cette robe rembo styling. J’ai tout de suite su que c’était celle-là qu’il me fallait, et son budget restant à peu près raisonnable, j’ai totalement abandonné l’idée de coudre la robe toute seule (et puis il faut le dire, j’aurais fait moins bien qu’eux !).

Pour satisfaire  mon envie de cousu main malgré tout, je me suis chargée de ma tenue de mariage civil. J’ai donc opté pour un tutu et un sweat brodé. Sweat en duo avec Mr O. brodé main of course. Super rapide à réaliser, j’ai adoré faire cette broderie à partager. Et nous avons pu la porter de nouveau pour le brunch du lendemain.

 

Pour le tutu, j’étais tombée sous le charme de ce tulle brodé acheté à un prix défiant toute concurrence. J’ai réalisé ma doublure dans un ancien t-shirt (#upcycling forever !), et pour un effet aussi fluffy comptez 4 épaisseurs de tulle.

Photographe-reportage-dijon-bourgogne-mariage-wedding-valentine-jonas-jacquel-102

Enfin, pour avoir chaud le jour J (hiver oblige), j’avais envie d’une cape pour la sortie d’église. Ne trouvant rien à mon goût et à prix raisonnable, je me suis lancée dans la couture d’une cape Thelma de wear lemonade. Je l’ai cousue dans un lainage blanc plumetis et doublé avec une fausse fourrure, le tout trouvé chez Mondial tissus. J’ai légèrement modifié le patron, en le raccourcissant au niveau des ouvertures des manches, pour que ce soit plus élégant avec ma robe longue.

 

Toutes les photos de cet article ont été prises par LE photographe attitré, Jonas Jaquel, et j’attends avec impatience que tous les remerciements soient postés pour vous en montrer davantage !

Bayonne – Biarritz – Hossegor city guide

IMG_1746.jpgDans le cadre du travail Mr O. a été amené à séjourner à Capbreton, j’ai donc sauté sur l’occasion pour lui rendre visite lors d’un week-end de Pâques prolongé pour découvrir ce sud-ouest très loin de ma Bourgogne natale !

Je m’attendais à adorer Biarritz, et c’est finalement Bayonne qui m’a le plus séduite, et voici les adresses qui nous ont vraiment charmés dans la région au cours de ces cinq jours :

  • Pour un déjeuner à tomber par terre : Janine, 12 Rue Port de Castets, 64100 Bayonne

Je suis tombée sous le charme de l’établissement en passant devant une première fois, et quand l’heure est venue de choisir un lieu pour le déjeuner, j’ai tout de suite soumis l’idée à Mr O. La commande se passe au comptoir, les cuisines sont ouvertes et le personnel très avenant (enfin comme partout globalement dans le sud-ouest!). Mr O. a opté pour le burger (un régal !), et moi pour le poisson: merlu, croûte de jambon/persil et légumes grillés. J’ai adoré. Mais ce n’était rien comparé au dessert. Pourtant un simple gâteau au chocolat (fait mai son bien sûr)… accompagné de sa crème anglaise à l’earl grey, c’était à tomber !

 

Tout à côté du restaurant, un peu plus bas dans la rue, se trouve une mercerie à l’ancienne avec une sélection très sympathique et des prix abordables. Je vous la conseille, elle vaut le détour.

  • Pour les traditionnels sushis du dimanche soir : CJ sushis, 24 Avenue Louis Pasteur, 40150 Soorts-Hossegor

C’est un peu la tradition à la maison, le dimanche soir c’est régulièrement sushis. Nous nous sommes laissés tenter par un « bowl » (plus ou moins un chirashi, mais le saumon est coupé en petits morceaux plutôt qu’en sashimis, parsemé de sésame, excellent), mais ce qui m’a particulièrement séduite, ce sont les rolls ‘insideout’ à la crevette tempura.

Vous pouvez commander à emporter ou déguster sur place.

IMG_1649.jpg

De nombreux parfums au choix, déco très sympathique, et cornet excellent. Combo parfait pour un goûter réussi ! Je me suis laissée tenter par les parfums yaourt/bounty!

 

 

  • Pour un repas presque gastronomique : L’entre deux, 5 Avenue du Maréchal Foch, 64200 Biarritz

On nous avait conseillé cette adresse, et l’on à été conquis! Délicieux repas pour un soir ou l’on souhaite sortir de l’ordinaire (les plats sont à 24 €). Nous avons tous les deux pris du poisson (Cabillaud, endives à l’orange pour Mr O.,  Merlu, brocoli/asperge & pied de cochon pour moi), tous les deux cuits à la perfection of course, et tous les deux délicieux. Et puis, que dire du dessert, un vacherin aux agrumes pour ma part, léger et délicieux, parfait pour une fin de repas.

Une broderie citronnée pour une robe vitaminée

 

imageAvec l’organisation du mariage, j’ai eu nettement moins le temps de coudre ces derniers mois. Mais comme je viens de recevoir ma nouvelle (et toute première !) surjeteuse, l’envie de coudre est revenue très très rapidement, et j’essaye de réaliser toutes les idées que j’ai en tête !

J’avais envie depuis longtemps d’une nouvelle robe Frida de chez wear lemonade. C’est déjà la troisième que je couds, et je ne m’en lasse toujours pas : rapide à coudre, et super agréable à porter. Comme beaucoup de personnes j’ai effectué quelques modifications sur le buste: j’ai rallongé d’un cm la hauteur du buste, et diminué de 3 cm la largeur. J’ai aussi rajouté des petites pâtes de boutonnage sur les manches.

Mais ma plus grande fierté, c’est cette petite broderie citron qui lui donne tout de suite du peps.  Je vous livre ici toutes les étapes à suivre (et surtout le template !) si vous souhaitez vous aussi réaliser ce type de broderie sur vos vêtements.

Pour cette broderie citronnée, all you need is :

  • Du tissu jaune
  • Du thermocollant
  • Du fil à broder blanc, orange et vert
  • Un stylo qui s’efface à la chaleur

Dans un premier temps, imprimez le gabarit ici. Découpez la forme des citrons dans le thermocollant. Puis appliquez-le sur le tissu de votre choix.

Découpez le patch ainsi formé, et placez-le à l’endroit désiré. Maintenez le citron en place à l’aide d’une épingle. Commencez par réaliser un point de chaînette tout autour du citron pour qu’il soit totalement maintenu en place, et pour souligner les contours. Pour plus de détails sur comment réaliser un point de chaînette, je vous invite à regarder mes stories à la une sur Instagram. J’y détaille toutes les étapes du point de chaînette.

J’ai aussi ajouter trois points de noeud sur le citron entier, et des points lancés tout autour de la tranche de citron. J’ai ensuite brodé les feuilles à l’aide du fil à brodé vert. Une fois la broderie terminée, j’ai repassé bien correctement ma pièce brodée, et repris le cours de mes étapes coutures.

Et ta-damm voici ma jolie robe que je vais être ravie de porter tout l’été.